La vie telle qu'elle est: une fée culinaire végane en route

wrapper2

wrapper

Laisser tout derrière et choisir pour La Vie Simple. Qui n'en rêve pas? Après de longues années de rêve et de presque audace, je l’ai fait. Depuis 2017 je ne suis plus professeur de yoga à plein temps mais vis à mi-temps dans mon ancien van Mercedes reconverti. Une vie sans agenda, sans heure de pointe matinale et sans routine mortelle. Mais également sans grand réfrigérateur, ni congélateur, plaque à induction ou four. Comment survit-on en tant que végan sur la route?

Texte: Angelique Maas

"Manger sain est facile, se régaler au végétal une autre paire de manches"
Vivre dans un car comporte beaucoup de défis. Vivre le végétal est à plusieurs moments très facile. À d’autres presque impossible. Facile quand on est déjà un peu enraciné et sachant où trouver quoi. Difficile quand on est l’invitée de gens charmants dans les montagnes roumaines qui parlent à peine l’anglais et n'ont encore jamais entendu le mot "végétarien". Expliquer «végan» équivaudrait à expliquer à un enfant de 3 ans que la terre tourne autour du soleil. Mission Impossible.

GO VEGAN

De vrais substituts de viande tels qu’on les trouve dans les rayons des supermarchés belges, sont encore exclus dans nombre d’autres pays. Comme mes mois estivaux en Europe de l'Est. Pas de viande hachée quorn, tempeh ou tofu. Pas de veggie tartare, burgers de légumes ou saucisses végétales. Autrement dit: pas de substituts de viande préfabriqués. Reste alors réaliser soi-même ses délices végétaux! Comme je suis moi-même plutôt une saine snackeuse qu'une fée culinaire d’innombrables heures, les tartinades faites maison sont pour moi le sommet absolu! Préparer soi-même ses burgers d'haricots, houmous ou pâté de betterave, signifie également moins de déchets. Gagnant-gagnant!

Légumineuses

En fonction du pays que j'appelle mon pays d'origine temporaire, je me forge des habitudes nouvelles. Dans les pays méridionaux, souvent les plus pauvres, les légumineuses séchées sont le roi de mon apport protéique. Lentilles, haricots, pois. De toutes les couleurs, formes et textures. Idéal pour dans un car garé au milieu de nulle part. Pas de magasins à proximité et généralement sans beaucoup d’envie d’en chercher un.

La meilleure option donc pour avoir toujours proche de la nourriture d’urgence, les légumes on finit par les trouver en cours de route. Mon garde-manger contient standard lentilles, haricots, riz, couscous, quinoa, pommes de terre, craquelins, dattes, noix et graines, ail et oignons, gingembre, sauce tomate et lait de coco.

Légumes

Comment décrocher des légumes dépend largement du pays d'accueil. En parcourant l’Espagne et le Portugal pendant des mois l'année dernière, les légumes frais étaient omnidisponibles. Pratiquement chaque village avait sa propre petite épicerie locale, avec de délicieux légumes frais. Et c’était carrément divertissant quand je tombais sur un petit marché par hasard. Á se régaler les yeux et le nez et surtout le porte-monnaie car les légumes y sont vraiment pas chers.

En parcourant la Hongrie et la Roumanie l'été dernier, il en allait un peu différemment. Les distances entre les villages étaient beaucoup plus grandes et les épiceries y étaient beaucoup moins abondantes. Contrairement au Portugal il n’y avait quasiment pas de crudités disponibles. Les fruits et légumes dans les petits magasins étaient aussi flétris que les petits magasins eux-mêmes. Pas de légumes tristes à moitié compostés pour moi. Je préférais dès lors attendre une occasion plus favorable. Et celle-ci se présentait en général plus vite que prévu. Souvent sous forme d’une petite vieille édentée longeant le bord d’un chemin. Assise sur un tabouret sous un parasol, vendant une poignée de tomates, choux ou oignons. Ce que son jardin fournissait de plus que ce dont elle et sa famille avaient besoin elle le vendait le long de la rue. Il m’est aussi régulièrement advenue de tomber sur des enfants vendant des framboises devant leur maison en montagne. Super gourmandise!

Ville

Je ne suis pas une fille de ville, mais lorsque j’en visite une, je recours volontiers à l'application Happy Cow. Par quoi je finis à coup sûr dans des endroits végan accueillants. Les cartes de menu d'un restaurant moyen d'Europe de l'Est excellent par la présence de mets à base de viande. Le seul repas végan que j'ai retrouvé sur une carte traditionnelle était un petit ragoût de polenta. Même dans les plus petits hameaux dont la Roumanie est truffée, je n'ai pas trouvé de repas végan ou veggie. Dans chaque soupe il y a au moins un bouillon de poulet ou de bœuf. Ici mon petit frère d’armes Happy Cow ne m’était d’aucun secours. Dans une circonférence de 60 kilomètres il n'y avait rien question option végan! Préparer à manger moi-même est dès lors avantagé.

Encas

Je n'ai jamais été une fée culinaire exhaustive. J'appartiens plutôt à la catégorie des grignoteuses. J’entends par-là des encas sains. Un gros avantage dans ma vie de nomade présente sur la route. Et en cours de route. En tant que seule conductrice ét au volant d’un ancêtre bruyant, j'aime à m'arrêter périodiquement. Le long d’une petite église, un petit ruisseau ou parfois juste au bord de la route. Pas toujours le moment pour faire surgir par coup de baguette magique herbes, pots et casseroles de mes tiroirs et petites armoires. Il est alors judicieux de se rabattre sur des gourmandises préparées à l’avance. Des petits biscuits avec une tapenade de houmous ou de haricots rouges faite maison, accompagnés de quelques tomates-cerises, d'épinards de printemps et de savoureuses herbes. Un nappage de graines et de noix faisant le reste. Oh, et une bonne huile d'olive! Un nouvel ajout à ma palette de nourriture: l'huile de pépins de courge. J'ai découvert cette délicatesse saine en parcourant l'Autriche, une spécialité locale. Délicieux pour assaisonner mes petites salades!

Superfood

Tous les deux jours je fais cuire une quantité généreuse de riz complet à grain long. Ce type de riz est non seulement une source riche en fer mais purge également efficacement les intestins. En raison de sa valeur nutritive élevée il faut environ 45 minutes pour un riz cuit à point. Cuisson lente! Après un long trajet ou après avoir batifolée avec ma chienne adoptive Mila, une petite faim n’est jamais très loin. Un riz froid est alors le coupe-faim idéal. Délicieux avec avocat, tomates-cerises, ail et oignon rouge. Ou on peut le cuire à nouveau avec un curry aux lentilles en accompagnement par exemple.
De cette manière je parviens à manger sain et gouteux sans four ni congélateur, sans mélangeur ni plaque à induction. Le goût de ce que l’on mange dépend principalement selon moi du temps que l’on porte à goûter. Même si les plats au four qui réchauffent en hiver et les smoothies qui rafraîchissent en été me manquent par moments. Les semaines logées quelque part dans une maison sont à chaque minute d’autant plus savourées!

UN MENU DE NOMADE

Je prends mon petit-déjeuner naturellement par une généreuse portion de flocons d'avoine. Une édition de luxe! Pommes et poires mijotent dans de l'huile de coco pendant que graines et noix rôtissent. Entretemps les dates ont pu tremper dans du lait d'épeautre.
Chauffer flocons d'avoine dans 50/50 d'eau et lait. Dattes, 3 clous de girofle et quelques gousses de cardamome y sont ajoutés. Assaisonner avec cannelle et une pincée de poivre. Enrichir avec des fruits d'automne braisés et un mélange de graines pour un résultat supérieur. Si vous aimez le croustillant grillez d’abord graines, noix et flocons légèrement à la poêle à sec.

Snack Choc
Une salade d'épinards rapide et légère avec pamplemousse rose, graines de courge et un peu d'agave. Ou une salade de chou-rave avec des morceaux de pomme et des graines de pavot. Les deux exquis avec du falafel frais.

Accord parfait: taboulé + trempette
Imaginez: couscous complet, huile d'olive, oignon rouge, ail, poivre et sel, coriandre, cumin et curry en poudre comme base. Variante fraîche avec pomme, raisins, raisins secs et un peu de menthe fraîche. La version de fin d'été avec olives noires, des lanières (grillées) de poivron et courgette.
Accompagné d’un peu d’houmous (pois chiches), de muhammara (paprika et noix) ou de baba ganoush (aubergine), un petit festin complet. Idéalement je ferais griller poivron et aubergine au four mais les faire griller un instant au-dessus d’un petit feu ou même les cuire légèrement dans un wok font tout aussi bien l’affaire.

Menu Crépusculaire Simple : curry de lentilles corail
Faites revenir oignon et ail finement hachés. Arroser avec cubes de tomates et sa sauce, complétez avec un peu de lait de coco. Laisser mijoter les lentilles corail dedans (précuisson/trempe pas nécessaire) et rectifier l’assaisonnement avec suffisamment de poivre et sel, coriandre et cumin.
Délicieux avec du riz complet, quelques feuilles de coriandre fraîche et si la chance vous accompagne, le restant des falafels du déjeuner.

Bom proveito! Gustos! Bon appétit!

Impatient/e d’en savoir plus sur la vie d'une nomade contemporaine? Soit en voyageant à travers l'Europe de l'Est dans son bus, soit en séjournant quelques mois à Berlin ou en jetant l'ancre dans son port d'attache à Malines, ses récits font rêvasser ét réfléchir à cet autre mode de vie basé sur la fidélité au rythme propre. Accompagnée de sa petite chienne Mila, Angélique poursuivra cet hiver sa route jusqu'au Maroc dans son car robuste Mercedes 609 ancien. Impatient/e de découvrir ce que la vie (végane) a à offrir là-bas? Suivez les aventures d’Angélique sur son site Web ou Instagram (@Angeliquemojo).

12/05/2019

Vertical Tabs