wrapper

Notre démarche

... avec la fourchette

Nous croyons que nous pouvons changer le monde avec la fourchette. C'est pourquoi EVA se concentre sur la pratique: la cuisine. Lors de nos activités, vous obtenez non seulement des informations sur les avantages d’une alimentation végétale, mais vous pouvez aussi y goûter, découvrir et cuisiner. Nos recettes sont détaillées et adaptées à tous les niveaux, à l'instar de nos ateliers de cuisine. Tout le monde, des petits enfants de l’école primaire aux adultes, découvre chez nous ce que signifie concrètement cuisiner plus végétal. En remuant vous-même dans les casseroles et en goûtant, le seuil pour manger et cuisiner végétal est abaissé. Mais nous travaillons aussi à plus grande échelle. Via l’accompagnement de parcours des cuisines collectives, nous veillons à ce que également dans les restaurants d’entreprise, les hôpitaux et les écoles l’on cuisine végétal. De cette façon, un grand nombre de personnes ont la possibilité de manger plus végétal.

... pour tout le monde qui cuisine et mange

EVA informe et sensibilise le grand public, les professionnels de l'Horeca, le secteur de la santé, le secteur agroalimentaire, la société civile, les médias, l'éducation et d'autres secteurs, via divers canaux, produits et services. En répondant aux évolutions sociales, EVA souhaite atteindre plus vite une masse critique de gens et d’organisations qui adaptent activement leur comportement alimentaire et culinaire. Le message selon lequel nous devons manger davantage végétal est ainsi de plus en plus généralisé. La demande croissante de la société pour davantage de produits végétaux, nous la relions au côté de l'offre, les producteurs. Ce qui accélère l'évolution.

Notre vision sur l’alimentation

Bien manger touche énormément d’aspects. EVA veut un monde bon pour les humains et les animaux et estime que le meilleur moyen d'y parvenir est de manger des aliments végétaux. Pour EVA, l’aspect le plus important est donc de savoir si les produits et les repas sont végétaux. Pour que les gens se passionnent pour les aliments végétaux, le goût est une priorité pour nous, mais nous ne perdons pas de vue les aspects de durabilité, de santé et sociaux de l’alimentation.

La nutrition est complexe. Vous pouvez évaluer la qualité d'un repas sur différents critères. Un chef examinera principalement le goût. Une organisation à but non lucratif à vocation sociale se base sur d’autres critères. Par exemple, les repas, les produits ou les habitudes alimentaires peuvent obtenir de meilleurs résultats ou moins bien dans des domaines tels que:

Respect de l'environnement: Cela en soi est déjà très vaste: quelle est l’empreinte CO2 du produit ou du repas? Quelle est l'empreinte eau? Est-ce un produit local? Est-ce en saison? Est-ce un bio ...?
Commerce équitable: Le produit a-t-il été fabriqué et commercialisé dans le respect des personnes?
Aspect démocratique: Est-ce abordable?
Aspect santé: Le produit est-il sain ou du moins pas trop malsain?
Respect des animaux: Des animaux ont-ils été tués ou utilisés pour cela? Si oui, y avait-il un égard quelconque pour le bien-être des animaux?

L'idéal
Le produit ou le plat idéal répond naturellement à toutes les conditions possibles, mais… bien sûr, c'est aussi un idéal (encore) rare. Parfois, des critères différents peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. Par exemple, un produit respectueux de l'environnement ne respecte pas toujours les animaux ou vice versa.

C'est pourquoi différentes organisations ont leurs propres priorités. Pour une organisation comme Oxfam, le commerce équitable est le ‘cœur de métier’, et par conséquent la priorité sur laquelle ils paient pour un produit. Pour une organisation comme Velt, c'est le respect de l'environnement. L'aspect santé est une priorité pour les organisations de santé.

La ‘question clé’
La question la plus importante pour EVA est la suivante: le produit est-il végétal? Moins il contient d'ingrédients d'origine animale, mieux c'est, alors 100% végétal (végane) est meilleur que le lacto-ovo végétarisme. EVA estime que, en moyenne, ce critère a le plus grand impact global positif sur le bien-être des humains, des animaux et de la planète.

Qu’EVA tient l’aspect végétal prioritaire, signifie qu’elle ne préfèrera jamais un produit non végétarien sur un produit végétarien, même s’il apparaît que le produit non végétarien obtient de meilleurs résultats dans un autre domaine (santé, environnement, commerce équitable, etc.). L'essentiel est que les seuls produits que nous excluions a priori sont des produits non végétariens. Les produits 100% végétaux (véganes) sont préférés aux produits végétariens.

Goûtez!
Si nous devons mentionner un deuxième critère le plus important, alors c'est pour nous: le goût. Que le produit/plat soit savoureux ou non est de la plus haute importance pour son achat. Si nous voulons que les gens soient enthousiastes à propos d’un produit ou d’un plat végétal, il faut qu’il soit savoureux en premier lieu. La nourriture végétarienne et végétalienne souffre toujours de préjugés sur le goût, la variation et la créativité, et la meilleure façon de les casser est, à notre avis, d'être séduisamment et délicieusement végétale.

Pour cette raison, dans certaines circonstances, EVA peut placer «savoureux» au-dessus de la santé et de l'environnement. Donnez à quelqu'un un repas végétal qui est sain mais pas savoureux et dans la plupart des cas, il/elle ne le mangera plus. Inversement: un repas végétal savoureux mais pas complet sur le plan nutritionnel bénéficiera (pour la plupart des omnivores) à l'image de l’alimentation végétale. Alors oui, parfois, EVA peut préférer un hamburger végétarien avec des frites sur une salade très saine afin de toucher un large public. Des pâtes délicieuses qui pourraient ne pas suffire à cause de l'absence de tel ou tel élément nutritif sont préférables à un repas parfaitement élaboré si ce dernier est moins attrayant. Ou un gâteau sucré sur un gâteau si peu sucré qu'une majorité de gens l'appelle trop sain. EVA suppose que des repas moins sains ou non complets à 100% ne posent problème que s'ils sont consommés trop souvent.

Néanmoins, EVA s'efforce toujours de faire en sorte que les repas ou les produits que nous proposons ou recommandons répondent au plus grand nombre de critères possibles et ne soient pas seulement végétariens (de préférence végétaux), mais également sains, respectueux de l'environnement et des personnes.

Progressivement
EVA suppose ici un changement de comportement par étapes. La plupart des consommateurs seront en mesure de modifier leurs habitudes alimentaires étape par étape et ne pas tout changer soudainement. EVA espère que la préoccupation du consommateur va progressivement s’étendre, d’attacher une importance limitée à un ou deux facteurs, à une préoccupation totale prenant en compte le plus grand nombre possible de critères pertinents sur le plan social.

Cette approche présente les avantages suivants:

  1. Le consommateur est encouragé. Il ou elle ne se sent pas surchargé/e de responsabilités qui lui sont imposées sans qu'il/elle soit capable ou autorisé/e de se faire sa propre idée à ce sujet, puisque les normes sont "fixées". Ceux qui trouvent cela trop difficile, trop lourd et trop compliqué, arrêteront dans de nombreux cas à l’avance ...
  2. C'est bon pour l'expansion de l'offre du marché. En ce qui concerne les produits végétariens/véganes, être trop sélectif est un luxe que nous ne pouvons pas encore nous permettre. L'un des plus gros obstacles étant la peur du manque de bons produits, il est important de ne pas être trop strict lors de l'évaluation de l'offre.
  3. Le producteur est encouragé à mettre de bons produits végétaux sur le marché. Les exigences ne sont pas irréalisables.

Végétarien ou 100% végétal (végane)?

La société idéale d'EVA est celle où le moins possible de produits animaux est utilisé pour l'alimentation. Pour des raisons liées au bien-être des animaux, à l’environnement, à la santé et à l’approvisionnement alimentaire, nous sommes favorables à une alimentation aussi végétale que possible. Les produits ou repas à base de produits laitiers et d'œufs présentent souvent les mêmes inconvénients que les repas à base de viande et de poisson.

C’est pourquoi:
- tous les repas proposés par EVA lors d’événements auto-organisés sont entièrement végétaux (véganes)
- les informations nutritionnelles que nous fournissons concernent toujours principalement les repas véganes (avec d’éventuelles autres options)
- les recettes que nous donnons dans les publications d’EVA sont toujours à 100% végétaux (sur le site Web du Jeudi Veggie, il existe exceptionnellement un certain nombre de recettes avec Quorn - voir ci-dessous)

Ce que nous faisons encore:
- dans le cas de collaborations (publications de tiers ou événements organisés par des tiers), nous n'avons pas toujours le contrôle total et nous faisons parfois des concessions
- avec les entreprises, organisations, etc. participant au Jeudi Veggie, nous proposons de préparer des repas aussi végétaux que possible, mais nous n’imposons aucune obligation
- nous incluons des publicités de produits végétariens mais non véganes tels que Quorn ou d'autres substituts de viande, mais ne faisons aucune publicité pour des produits laitiers ou fromagers (fromages, substituts de viande à base de lait tels que chapelure, ovoproduits, lait ...). La raison d'inclure de bons substituts de viande non végétaliens est que nous voulons toujours donner aux consommateurs l'idée d'un choix suffisant. Pour le moment, l'offre est trop petite (ou pas toujours de la même qualité) si nous ne conservons que les produits à 100% végétaux
- lorsqu'il ne peut vraiment en être autrement, nous pouvons faire une exception pour certaines publications ou certains événements. Par exemple, un certain nombre de recettes non végétaliennes peuvent être trouvées dans le Guide Veggie pour chefs de la restauration collective, afin d’abaisser le seuil pour ce public cible spécifique. Cependant, une option végétale (de préférence la première option) sera toujours fournie

Quelques remarques
Dans tout ce que nous faisons, nous ne sommes pas dogmatiques. Cela signifie que nous ne sommes pas végétariens ou végétaliens pour le bien du végétarisme ou du véganisme. Nous avons certaines raisons de manger végétarien/végétalien, à savoir les animaux, l'environnement, etc. Donc, nous ne posons pas simplement la question: est-ce végétal? mais regardons aussi: quel effet cela a-t-il sur les animaux, l'environnement ...Par exemple, si vous devez choisir (hypotétiquement) entre servir un bon burger veggie et un mauvais burger végétalien, optez plutôt pour ce délicieux burger veggie, car ce dernier vous assure le concours des gens pendant que le mauvais burger confirme certains préjugés (mais bien sûr, un délicieux burger végétalien est idéal).

Nous faisons également une différence claire entre les burgers veggie et les produits veggie qui ne sont vraiment pas véganes (disons même très animale) tels que les croquettes au fromage, les omelettes, etc. Nous voulons déplacer les gens vers le végétal, et un burger veggie (non végane) donne déjà aux gens l’idée qu’il est possible de le faire végétal (même si le produit n’est pas 100% végétal), alors qu’avec une croquette au fromage de chèvre, les gens continuent de penser en termes d’animaux. Une grande différence!

L'utilisation très sporadique des produits Quorn (non véganes) nous le faisons pour les raisons suivantes:
1. Quorn, bien que non végane, entre dans la catégorie des produits qui aident les personnes en passe de devenir complètement végétaliennes (ce n'est pas un produit dans lequel les ingrédients d'origine animale sont à l'avant-plan ou paraissent nécessaires).
2. Les produits Quorn sont de bons produits et une bonne publicité (mieux que certains burgers véganes).
3. Quorn a de grandes opportunités, étant donné sa large distribution, de réellement faire la différence, également avec des campagnes et des messages, éventuellement en partenariat avec nous.
4. Aux États-Unis, Quorn a lancé ses premiers produits véganes sur le marché et nous espérons qu’en travaillant ensemble, nous pourrons exercer une influence à cet égard. Ça a l'air bien à ce niveau, car Quorn travaille avec nous pour voir si la Belgique peut être l’un des pays européens suivants où elle lance son offre à 100% végétale. Dans ce cas, travailler ensemble rapporte beaucoup plus pour les animaux que de vouloir être 100% de principe.

Pourquoi on ne dit pas uniformément végane

Si nous préférons les produits et plats véganes, pourquoi n'utilisons-nous pas toujours le mot végane? Et si nous voulons idéalement que les gens mangent végane, pourquoi ne le disons-nous pas en autant de mots?

Dans sa communication, EVA utilise les mots végétarien, veggie, végane et végétal de manière interchangeable, au lieu d'utiliser systématiquement le mot végane. En effet, les recherches montrent que le mot végan(isme) fait souvent peur. Celui qui veut devenir végane immédiatement: tant mieux. Mais la plupart des gens évoluent par étapes. Nous proposons des étapes: manger moins de viande, participer au Jeudi Veggie, devenir végétarien, remplacer le lait par du lait végétal, remplacer les œufs ... Tout le monde peut prendre les mesures qu'il ou elle souhaite.

La recherche montre que les gens sont plus enclins à prendre des mesures si vous ne demandez pas trop. Plus précisément: lorsque vous demandez aux personnes de devenir véganes, vous avez moins de chances d’être entendu que si vous proposez de réduire la consommation de viande et d’autres produits animaux.

Le mot végane (ou végétalien – cela ne sonne pas très bien en français) n’a pas non plus été établi en Belgique. C’est bien sûr un peu un problème poule/œuf: si nous n’en parlons jamais, nous n’aiderons pas à le faire connaître davantage. D'où notre position intermédiaire pour le moment: parler de veggie et de réduction de viande et dans le contexte approprié inciter à l'étape suivante: végane.

Plan d'action

Décrouvrez plus d'infos sur les objectifs, le fonctionnement, les ambitions et l'historique d'EVA dans le plan d'action pour la période 2016 - 2020 (uniquement en NL).